Arts visuels Coups de coeur

Pierre St-Hilaire, parcours atypique dans l’art

De fil en aiguille, Pierre St-Hilaire a trouvé son chemin dans le dessin et dans l’art. Il a tout d’abord étudié au cégep en architecture, pour ensuite tenter sa chance en Floride, dans une formation pour faire de la bande dessinée. Fortifié de ces échecs, il découvre le merveilleux monde du 3D.

Vivre son rêve

Comme quoi il ne faut jamais abandonner ses rêves, c’est en travaillant fort, de façon autodidacte, qu’il a appris la modélisation 3D. Par l’entremise d’une amie de sa conjointe, il a réussi à se faire engager dans une compagnie et, ainsi, s’incruster dans le domaine du 3D en 1999. Pierre a fait une dizaine d’années dans le domaine de la mode virtuelle, pour ensuite faire un court détour en jeux vidéo. Il travaille maintenant, depuis près de 9 ans, chez CAE Santé, dans la simulation médicale.

« Je n’avais pas les moyens de me payer un cours à 15 000$…donc, au final…je n’ai toujours pas de diplôme! »

Art dessin Pierre St-Hilaire

Actuellement, il est « chef d’équipe » d’un groupe d’Artistes 3D et il travaille dans le domaine de la simulation médicale. Plus simplement, il travaille sur des simulateurs virtuels pour entraîner des professionnels de la santé. Réalité Virtuelle, Réalité Augmentée, tout y passe.

« Puis, un jour, j’ai découvert le merveilleux monde du 3D. J’ai alors su que c’était vers ce domaine que je voulais me tourner. »

Du propre aveu de Pierre, l’art, c’est sa vie, comme l’air qu’il respire. Il ne croit pas avoir eu de raison pour commencer à dessiner, sinon, que pour extérioriser son trop-plein d’imagination. Il ne croit pas, non plus, qu’il aura un jour, une bonne raison d’arrêter, sinon, que de ne plus pouvoir tenir un crayon dans ses mains.

À 47 ans, sa première exposition

Quand a-t-il commencé? Pierre a un plaisir à croire qu’il est né avec un crayon dans les mains. Aussi loin qu’il se souvienne, il a toujours dessiné. Déjà, à l’âge de 10 ans, il reproduisait des « Lucky Luke » et des « Spider-Man ». Il était fasciné par les bandes dessinées. Il a encore, d’ailleurs, quelques-uns de ses dessins datant de ses 12 ans. Pour son inspiration, il en a pas vraiment le contrôle.

« J’ai des « Flashs » qui me traversent l’esprit et des images prennent formes. Ça vient de partout : Une photo sur internet, un personnage de film, un musicien…n’importe quoi peut inspirer l’art. »

Art dessin Pierre St-Hilaire

L’art et le dessin ont toujours été un loisir et un plaisir pour lui. ses ambitions, face à sa passion, se résument à, pouvoir la pratiquer le plus longtemps possible, et, la partager avec ceux qui l’apprécient autant que lui.

Il n’a pas l’ambition de vouloir gagner sa vie par le dessin. Il la gagne déjà avec le 3D. S’il peut exposer son art, et vendre quelques œuvres, ça va déjà être un très grand accomplissement pour lui. Ça va vouloir dire que des gens aiment ce qu’il fait.

« Si j’avais eu de plus sérieuses ambitions, face à mon art, je n’aurais pas attendu à 47 ans pour faire ma première exposition! »

Art dessin Pierre St-Hilaire

Son art

Les trois images avec le texte sont ses plus récentes œuvres et elles définissent bien son style actuel : Des contours biens définis, des couleurs vives et, souvent, une avalanche de coups de crayon pour y semer le chaos! Trois inspirations différentes sur le même thème : « La femme…sous toutes ses couleurs. » Chaque dessin de cette série représentera une femme différente et une couleur dominante.

Ses outils de travail de prédilection ? Depuis qu’il fait du dessin digital, il a utilisé, principalement, Photoshop avec une tablette graphique Wacom. Depuis quelques temps, il a découvert le logiciel Clip Studio Paint et il a la chance, quelques fois, d’utiliser la Cintiq 24’’. Pinterest constitue une source inépuisable d’inspiration pour lui. Il y accumule des images qui frappent son imaginaire. Un visage, une expression, un vêtement, un personnage, un simple petit détail peut produire l’étincelle qui va lui brûler l’esprit jusqu’à ce qu’une image y prenne forme.

Avec le recul, il constate que le plus bel accomplissement qu’il aura pu faire, tout au long de son cheminement avec le dessin, aura été de se découvrir et d’arrêter de se comparer ou d’essayer de dessiner comme les autres. Ça lui aura pris plus de 30 ans pour y arriver, mais ça en valait la peine!

En contemplant les images de ses œuvres dans le texte, il espère que vous aurez autant de plaisir à les regarder que lui en a eu à les produire.

Ne manquez pas, le 6 février à La Brassée sur Beaubien Est à Montréal, Pierre exposera ses œuvres et ce jusqu’au 10 mars.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Paperblog
%d blogueurs aiment cette page :